VOTE | 84 fans

Seat42F

Will we get to see a bit more of Norman’s past this next season, like his life before he and Norma (Vera Farmiga) moved to White Pines Bay?
FREDDIE:  Yes.  It’s not only looking at Norman’s past but it is an attempt to analyze in greater depth what is actually wrong with Norman.  I guess that is the first step towards the point, which we know will never arrive, that one with Norman finally recovering and being better, and that first step is understanding exactly what goes on inside his head.  So that is a big part of the season — both Norman himself and other people are trying to help him and really trying to get out of whatever condition it is that we may find that he has.

Talking a little bit about walking that line with Norman, because you’re right, we do know that the help that he receives will not help him.  Yet the audience wants him to get better.  So can you talk a little bit about playing that?
FREDDIE:  I think it is great as an actor to have that sense of impending doom because you can play against it and that’s what the writing is so clever as doing as well.  You can set Norman up to be the nicest guy possible because in the back of people’s minds as they watch is the sense of, “we know what is really going to happen.”  So it is fun to make him as charming and as lovable as far as possible, and so far it is possible, and then eventually the rug will be ripped away from beneath the audience’s feet.

What was something you wanted to be sure to include in the script that you have written for this season?
FREDDIE:  There’s a great scene in the script.  There’s certainly more “Psycho” references coming this season.  I mean there’s in the beginning, in the first episode, we see the bunny that will ultimately appear in “Psycho,” or was in “Psycho” depending at which way you look at the chronology of the whole thing, and that plays its own storyline.  There’s certainly something in the episode I wrote as well that is a creation that will appear in “Psycho” later on and something that we will recognize from that.

In writing that episode, how did it maybe change the way you were looking at things because looking at it from an actor and from an writer [perspective] might be two different viewpoints.  So did you see that at all?
FREDDIE:  Yes, it was great.  I’m so lucky and grateful to Kerry [Ehrin] and Carlton [Cuse] for allowing me to write an episode and to spend time in the writer’s room with the other writers too and sort of pitching out ideas for the season and for my particular episode.  I guess in a way, because the show is very much character driven as opposed to this mystery of the week or the kill of the week, the way the writers approach BATES MOTEL is somewhat similar to the way that I find as an actor that I sort of approach making that arc of Norman because it is very much getting inside and getting to know that world so well.  I guess after four seasons I am sort of fortunate to have that knowledge of what we are doing.

Something that is really interesting in the first few episodes that we have seen is Norman’s shift from a more sympathetic character to someone who is very sinister and someone that we start to be afraid of, like we eventually do in “Psycho.”  Can you talk about leaning into that and having Norman be a character to be afraid of?
FREDDIE:  Yeah, I think that is particularly true of perhaps the second episode and further down the season.  I think there’s a Machiavellian side to Norman that we will see developing this year which is all about sort of self-preservation — making sure that Norman is the one who will survive, as we know he must — and that side of him is very much brought out with the development of this Mother character who appears to him more and more, this imaginary version of her, and she will do sort of whatever it takes to make sure that Norman will be around forever.

For you, what are you doing like acting in a way will hopefully draw out some sort of fear in the audience?  Do you just lean into it?
FREDDIE:  [Laughs] I guess you just hope that people find you scary.  I do think, as you were saying before, that sense of knowing the horror that is to come, almost like a smile and Norman being particularly charming with his mother is worse than an over-wrought emotional scene.  That’s what I like in the second episode, this sense of these real characters who aren’t sort of hyperbolized and drawn out to these extremes and caricatures.  There’s very much a sense of two people pitting themselves against each other.  It’s underplaying those emotions that I think will ultimately make people find Norman most scary as opposed to sort of shouting louder or being bigger.

How did you prepare for playing Norman in the role of “Mother”?
FREDDIE:  That’s been a particular joy of this season — is working with Vera in creating this “Mother” character.  So at the end of Season 3, the great tease of what is to come a lot more in the fourth season was where we see Bradley being killed and Norman sort of comes around the car and then there is this switch and we see “Mother” Norma, as Vera, take Bradley and sort of bash her into the ground.  We see that “Mother” Norma physically kill — seeing it from Norman’s perspective, I guess — and there are lots more scenes like that this season where both Vera and I sort of interchange in playing the role of Mother during one particular scene.  So often I watch one take that she does and she will sort of come back to the monitors and what the scene that I am doing and there’s this great sort of fun sense that I have never done before of collaborating closely with someone else to create this one singular character.  So that has been great fun.

Norman has never really been the picture of mental health, but he was certainly sweeter and more lovable and now we see him becoming what we ultimately know he is going to become.  How much did you sort of have that progress charted out in your mind as you play him?
FREDDIE:  I thought you were saying “in your personal life.”  Like, “clearly, you yourself have grown up and become evil!” [Laughs] I guess I felt particularly, from the very beginning, knowing exactly where Norman was going — at least in my mind — the writers have various ideas as to “Psycho” is going to be the absolute very end, but if we move past that point and get there, it is not set in stone.  But knowing exactly where Norman is going is a pretty rare thing.  To know that my character is going to be this and kind of plot out those points season after season and re-watch “Psycho” in between every one so that you make sure that you are making that transition.  Obviously, it is there in the writing.  But it is not like it was a mystery from the beginning of where your character is going.  I think that must be really tricky, like for Nestor [Carbonell] for example, who plays Sheriff Romero and who has always been this slightly mysterious figure and has a great storyline this season, but it is not necessarily something that you would see coming at the beginning of Season 1 and he would not be aware of where it is going to go.  So I feel lucky to have been in the know from the beginning.

You say that you watch “Psycho” before every season, do you get something new out of it each time, like a new perspective?
FREDDIE:  Yes, and actually this season we went as a team of writers with a couple of people from Universal to see “Psycho” on the big screen.  It was the first time I had done that, which was great.  Obviously, his performance was so iconic — Anthony Perkins — and it has always been a source of inspiration.  But I think at the same time we also felt free to make Norman and the world he inhabits our own and not necessarily feel tied to it.

How manipulative are we going to see Norman become?  Because we saw in the first two episodes that he is starting to turn the narrative on his mother and saying, “You’re the one who is insane and I want to help you.”  So how much are we going to be seeing the ripple effects of that this season, especially as they are separated?
FREDDIE:    I guess there is a moment of realization for Norman pretty soon after the second episode and gains a certain awareness about the truth about certain actions in the past that it becomes less about disbelieving his mother in that way and more about starting to distrust her as opposed to thinking that she is this sort of mad person that he may have imagined, like in the second episode at times.  It becomes a much more real — like they start lying to each other and start not being entirely honest on so many levels that it ultimately sort of forces them apart, both physically and emotionally.

Will there be a lot more manipulation of the audience?  Like we will see Norma doing something that might have actually been Norman?
FREDDIE:  Yes, and I think that sense of perspective is certainly played with this season.  Are we watching stuff from Norman’s mind?  Is it this sort of narrator of the piece if it were a book?  Is it entirely reliable?  Hopefully there will be certain moments where people are tricked as to whether or not what we are seeing is taking place in Norman’s mind or in reality.

How does Norman take to the new agreement of sorts between Norma and Romero?
FREDDIE:  [Laughs] I guess not so well.  I think Norman has always kept a certain distance from Sheriff Romero and that is only expanded in this season.

Can you talk a little bit about tackling the mental health aspect of this season, not only Norman’s struggle with his mental health, but your preparation and the care in which the show and you have taken with it?
FREDDIE:  I guess Kerry [Ehrin] in particular has been very methodical and sort of in-depth in her analysis of what Norman’s particular problem could be.  That is something that is sort of revealed over the course of the season.  There’s been an attempt to suggest what real-life problem Norman could be dealing with in this world of BATES MOTEL.  And it’s not conclusive and it’s not this sort of simple solution of:  Norman Bates is this.  But it goes some way to linking it to a form of reality, a sort of scientific way that the show hasn’t before.

Is there room for romantic-love still in his life, or is it completely off the table?
FREDDIE:  I guess with his mother.  I think they have the best sort of love between a mother and son.   I think that is the real romance of Bates Motel. It always has been Norma and Norman, and I think as the season develops, it’s sort of just the realization dawns that the two of them will always have to be together and have to rely on each other.

How much are Norman’s daddy issues going to come into play this season?
FREDDIE:  Not a huge amount. It’s funny you see one scene and it’s like “it’s all about the dad!” But I guess in a way, the digging up of the past serves to explain how — first of all, to understand and gain more sympathy for Norma and what she has struggled through — and also, how and the reasons why Norma and Norman have been and will always have to be so, so close together, and have always needed to rely on each other.

Has what you’ve gone through as Norman, how refreshing is it for you to get to some of the stuff that maybe you wondered about?
FREDDIE:  Certainly, Norman’s storyline this season is less about being tied in with a sort of overarching plot, and it’s more this quest for self-discovery and also discovery about who his mother really is and what her priorities are.

Knowing that Season 5 is the last season, how do you see the show escalating to that point beyond Norman’s struggle with his mental health?
FREDDIE: I think the crux of the show, moving towards that inevitable end, has always been the relationship between Norma and Norman. The fact that people leave, people drop off, and this sort of autonomy is going to have to center in on the two of them by the end of Season 5. And so, whether that means people all around that sort of central core, unfortunately, dying or leaving, it sort of moves towards that inevitable conclusion at the end of 5, I would imagine, of it being just the two of them.

You have been working on this other comedy with Kerry [Ehrin]?
FREDDIE:  Oh, yeah. That was last year. So we wrote this sort of — well, they commissioned the pilot, and then we never sort of went past that stage.

What was that experience like? Obviously you came back and you wrote this. Do you want to partner with Kerry on something else?
FREDDIE:  Obviously Kerry’s a fantastic writer, so I’m very lucky that she’s taken me under her wing. And yeah, I’d love to write more, be that BATES MOTEL or other things, certainly. I mean, I think I’ve always seen myself moving into — kind of until a year or two ago when I was at university — there was always this sense of combining acting with something else, and now it’s that sort of, “Oh, what’s the other thing that I’m going to be doing, or sort of combining acting with?” And whether acting on its own is going to be ultimately sort of self-fulfilling or whether I’ll need– want to do more stuff and be involved in other ways.

What do you think it is about this show that invites you to get involved in a different part of the process?
FREDDIE:  I think it’s a very small cast of characters, and so everyone knows the show. Everyone who has been on it since the beginning knows it so intimately. I guess all people on a television show, after a while, I’d imagine most of them talk about a family dynamic and “we’re all each other’s best friends.” But I think that that’s particularly true on BATES MOTEL, because it is such a small core group of people, which I know from the sort of writing perspective makes it tricky, because it always depends on those intricate nuanced things between a small group as opposed to having this massive cast that you can create endless storylines from.

How long does it take you to get back into Norman after several months away between seasons?
FREDDIE:  [Laughs] Well, hopefully not too long.  I always come out a little bit early and this year, there’s always been a slight sense of this sort of artificial break between seasons that slightly led into wanting to write, because you put so much into something for four or five months of shooting, and then it seems weird to just sort of completely drop it, to move away, and to return a few months later and starting it fresh. What was great this hiatus was the chance to be involved with the writers’ team, and there was this sense of continuing all the way through, into the fourth season. And hopefully that’ll be the same again for the fifth season, so it doesn’t feel, as you say, that you’re stop-starting all of the time, and you feel this sort of permanent presence throughout.

Is there something in the coming season that you’re most excited about the fans seeing?
FREDDIE:  Yeah. Relationships.  Bunnies. Oh, I don’t know. [Laughs] You’re gonna try and be clever and then I’ll just give it away.

Does Norman sense that his brother Dylan (Max Thieriot) is pulling away?
FREDDIE:   In part, but I don’t think that bothers Norman particularly. He’s not — I was gonna say “he’s not crazy” — he’s not completely devoid of emotion and sees for Dylan and Emma, and opposed to resenting them for it, I think throughout the season that is something we see him embrace more and more. This idea that the two of them might be this great couple, as opposed to hating on that dynamic from the beginning. So he’s not without heart, and he doesn’t particularly turn against his brother or resent him for being involved with Emma. They go and play croquet together. That’s in [this episode].

Would you consider Norman this season being his most violent, or does somebody actually help him?
FREDDIE:  He’s not particularly violent this season. There is a sense of both him and others wanting to control his behavior. And that’s not to say there won’t be moments which he snaps, but hopefully it always is understandable why he acts the way that he does. I think that’s the key thing in this season as well, is whatever the big plot points are from Norman’s perspective, it is having this sense of being with him on his journey, and understanding the things that he does, from this genuine place of compassion with him, as opposed to him becoming this heartless killer. It’s more like whatever the people that he may end up killing, you sort of understand it, and you can’t necessarily fault him for it entirely.

Is there anything that we haven’t touched upon this season, that you think is really interesting?
FREDDIE:  The bunny! The bunny returns. I guess there’s this sense of mystery. I like these little moments that ultimately culminate into creating the world of “Psycho.” There is a sense this season of more of those objects or artifactual places over even people that you know you’re going to meet one day in “Psycho,” and you start to recognize from that world, as the end draws nearer.

Is it foreseeable to see that Norman could pose a real threat towards his brother or even Sheriff Romero, who is getting closer to his family?
FREDDIE:  Yeah. I think, in particular, Norman’s attitude towards Sheriff Romero will pit the two of them against each other as the season draws to a close.

 

Ecrit par maelysmiss 

Traduction

Aurons-nous la chance de voir un peu plus le passé de Norman dans cette prochaine saison, comme sa vie avant avec Norma (Vera Farmiga) avant de déménager à White Pines Bay?

FREDDIE: Oui. c'est non seulement un regard dans le passé de Norman, mais c'est une tentative d'analyser plus en profondeur ce qui ne va pas avec Norman aussi. Je suppose que c'est la première étape, on sait que ça n'arrivera jamais, récupérer et être mieux pour Norman, et c'est la première étape pour comprendre exactement ce qui se passe dans sa tête. Voilà donc une grande partie de la saison - à la fois Norman lui-même et d'autres personnes qui essaient de l'aider et essaient de la condition dans laquelle il est.

Parlez nous un peu de cette démarche avec Norman, parce que vous avez raison, nous savons que l'aide qu'il reçoit ne l'aidera pas. Pourtant, le public veut qu'il aille mieux. Pouvez-vous parler un peu au sujet de jouer cela?

FREDDIE: Je pense que c'est génial en tant qu'acteur d'avoir ce sentiment de catastrophe imminente parce que vous pouvez jouer contre et l'écriture est si intelligente aussi. Vous pouvez définir Norman comme le plus beau mec possible parce que dans le fond, dans l'esprit des gens quand ils le regardent c'est dans le sens "nous savons ce qui se passe réellement et ce qui va se produire." Donc, c'est amusant de rendre aussi charmant et aussi aimable autant que possible, et jusqu'à présent, c'est possible, et puis finalement le tapis sera déchiré sous les pieds des télespectateurs.

Est ce que vous vouliez que quelque chose soit absolument dans le script ?

FREDDIE: Il y a une grande scène dans le script. Il y a certainement plus de références à "Psycho" à venir cette saison. Je veux dire qu'il y en a au début, dans le premier épisode, nous voyons le lapin qui finira par apparaître dans "Psycho", ou était dans "Psycho" en fonction de la façon dont vous regardez la chronologie , et qui joue sa propre histoire. Il y a certainement quelque chose dans l'épisode, j'ai écrit aussi quelque chose qui apparaîtra dans "Psycho" plus tard et quelque chose que nous reconnaîtrons de cela.

En écrivant cet épisode, comment cela a changé la façon dont vous regardez les choses parce que regardiez avec l'oeil d'un acteur et maintenant d'un écrivain et ça pourrait être deux points de vue différents.

FREDDIE: Oui,c'était super. Je suis tellement chanceux et reconnaissant envers Kerry [Ehrin] et Carlton [Cuse] de m'avoir permis d'écrire un épisode et de passer du temps dans la chambre des écrivains avec les autres écrivains aussi, et qui m'ont donné une sorte d'idée pour la saison et pour mon épisode en particulier. Je suppose que dans un sens, parce que la série est très motivée par ce mystère de la semaine ou la mise à mort de la semaine, la façon dont les auteurs abordent BATES MOTEL est quelque peu semblable à la façon dont je le fais en tant qu'acteur dont j'approche l'arc de Norman, car c'est pénétrer à l'intérieur et apprendre à connaître ce monde. Je suppose que, après quatre saisons, j'ai la chance de connaitre de ce que nous faisons.

Quelque chose est vraiment intéressant dans les premiers épisodes que nous avons vu avec l'équipe, Norman est un personnage sympathique et devient très sinistre et nous commençons à avoir peur, comme dans "Psycho." Pouvez-vous parler de se penchant et d'être un Norman dont on doit avoir peur?

FREDDIE: Oui, je pense que c'est particulièrement vrai peut-être dans le deuxième épisode et plus loin cette saison. Je pense qu'il y a un côté machiavélique de Norman que nous allons voir se développer cette année, toute sorte d'auto-conservation - faire en sorte que Norman est celui qui survivra, comme nous le savons, il le faut - et ce côté de lui est très bien mis en évidence avec le développement de Mother qui lui apparaît de plus en plus, cette version imaginaire d'elle, et elle fera en quelque sorte de faire ce qu'il faut pour s' assurer que Norman sera là pour toujours.

Vous, que faites vous pour que le public ait en sorte peur de votre jeu? Est ce que vous vous plongez juste dedans?

FREDDIE: [Rires] Je suppose que vous espérez juste que les gens vous trouvent effrayant. Je pense, comme vous le disiez avant, que ce sentiment de connaître l'horreur qui arrive, presque comme un sourire rend Norman particulièrement charmant avec sa mère, c'est pire qu'une scène émotionnelle surmenée. Voilà ce que je veux montrer dans le deuxième épisode, ce sens de ces personnages réels qui ne sont pas en quelque sorte étiré à leurs extrêmes et deviennent des caricatures. Il y a un sentiment de deux personnes s'opposant les unes contre les autres. Je pense que, à terme, ça fait que les gens trouvent Norman plus effrayant au lieu de le voir crier plus fort ou d'être plus violent.

Comment vous êtes vous préparé pour jouer Norman dans le rôle de "Mother"?

FREDDIE: Ce fut une joie particulière cette saison - travailler avec Vera dans la création de ce personnage "Mother". Donc, à la fin de la saison 3, le teaser de ce qui est à venir est dans la quatrième saison où l'on voit Bradley tuée et Norman dans la voiture et puis il y a ce commutateur et nous voyons "Mother" Norma, comme Vera, prendre Bradley et la tuer sur le sol. Nous voyons que "Mother" , Norma tuer physiquement - le point de vue de Norman, je suppose - et il y a beaucoup plus de scènes comme ça cette saison où les deux Vera et moi faisons un échange à jouer le rôle de "mother" au cours d'une scène particulière. Très souvent, je regarde ce qu'elle fait et elle revient aux moniteurs et voir comment est la scène que je fais et il y a cette grande sorte de sens amusant que j'ai jamais fait avant de collaborer étroitement avec quelqu'un d'autre pour créer ce personnage singulier. Donc, cela a été très amusant.

Norman n'a jamais vraiment eu une bonne image de santé mentale, mais il était certainement plus doux et plus aimable et maintenant nous le voyons devenir ce que nous savons finalement. Quel a été le processus dans votre esprit pour le jouer?

FREDDIE: Je croyais que vous pensiez,"dans votre vie" comme si vous m'aviez dit "t'as grandi et tu vas devenir le mal!" [Rires] Je suppose que je me suis senti particulier dès le début, sachant exactement où Norman allait - "dans sa vie personnelle." au moins dans mon esprit - les écrivains ont des idées différentes de la fin de "Psycho" , mais si nous nous déplaçons ce point, ce n'est pas défini dans la pierre. Mais sachant exactement où Norman va ,c' est une chose assez rare. Pour savoir que mon personnage va être présent et connaitre le type de traceurs saison après saison et regarder "Psycho" m'a permi de m'assurer de faire cette transition. De toute évidence, c'est là dans l'écriture. Mais c'est pas comme si c'était un mystère depuis le début d'où le personnage allait aller. Je pense que ça doit être vraiment difficile, comme pour Nestor [Carbonell] par exemple, qui joue le shérif Romero et qui a toujours été mystérieux et qui a une grande histoire cette saison, mais ce n'est pas nécessairement quelque chose que vous pouvez voir venir au début de la saison 1 et il ne sait pas où il va avec ce personnage. Donc, je me sens chanceux d'avoir été au courant depuis le début.

Vous dites que vous regardez "Psycho" avant chaque saison, vous sortez quelque chose de nouveau à chaque fois, comme une nouvelle perspective?

FREDDIE: Oui, et en fait cette saison, nous sommes allés avec l'équipe d'écrivains et des personnes d' Universal voir "Psycho" sur grand écran. Ce fut la première fois pour moi, ce qui était super. De toute évidence, sa performance était tellement emblématique - Anthony Perkins - il a toujours été une source d'inspiration. Mais je pense que dans le même temps, nous sommes également senti libre de faire Norman et le monde à notre façon et pas nécessairement attaché au film.

A quel point Norman va-t-il devenir manipulateur? Parce que nous avons vu dans les deux premiers épisodes qu'il commence à changer le récit de sa mère en disant: " Tu es celle qui est folle et je veux t'aider." Alors, à quel point allons-nous voir ces ondulations cette saison, d'autant plus qu'ils sont séparés?

FREDDIE: Je suppose que c'est un moment de réalisation pour Norman assez rapidement après le deuxième épisode et il acquiert une certaine prise de conscience au sujet de la vérité sur certaines actions dans le passé, il devient moins incrédule sur sa mère de cette façon, et commence à se méfier par opposition et pense qu'elle est ce genre de personne folle qu'il a pu imaginer, comme dans le deuxième épisode. Il devient beaucoup plus réel - ils commencent à se mentir et commence à ne pas être tout à fait honnête, ce qu'ils les affectent en quelque sorte , à la fois physiquement et émotionnellement.

Y aura beaucoup plus de manipulation du public? Nous allons voir Norma faire quelque chose qui aurait pu effectivement avoir été faite par Norman?

FREDDIE: Oui, et je pense que le sens de la perspective joue cette saison. Est ce qu'on regarde des choses dans la tête de Norman? Est-elle ce genre de narrateur si elle était un livre? Est-il tout à fait fiable? Espérons qu'il y aura certains moments où les gens seront trompés quant à savoir si oui ou non ce que nous voyons se déroule dans l'esprit de Norman ou dans la réalité.

Comment Norman va prendre le nouvel accord entre Norma et Romero?

FREDDIE: [Rires] Je ne crois pas si bien. Je pense que Norman a toujours gardé une certaine distance avec le shérif Romero et c'est seulement élargi cette saison.

Pouvez-vous parler un peu plus de la lutte contre sa santé mentale cette saison, non seulement la lutte de Norman avec sa santé mentale, mais votre préparation et la prise en charge qe vous avez eu dans la série?

FREDDIE: Je pense que Kerry [Ehrin] en particulier a été très méthodique et elle a été en profondeur dans son analyse des problèmes de Norman. Voilà quelque chose qui est en quelque sorte révélé au cours de la saison. Il y a eu une tentative de suggérer ce problème réel que Norman pourrait être aux prises dans ce monde de BATES MOTEL. Et ce n'est pas concluant, et ce n'est pas ce genre de solution simple: Norman Bates est celà. Mais il va d'une certaine façon se lier à une forme de réalité, une sorte de manière scientifique que la série n'avait pas auparavant.

Est-il possible pour les romantiques que l'amour soit encore dans sa vie, ou est-ce complètement hors jeu?

FREDDIE: Je pense avec sa mère. Je pense qu'ils ont la meilleure sorte d'amour entre une mère et son fils. Je pense que c'est la vriae romance de Bates Motel. ça a toujours été Norma et Norman, et je pense que plus la saison se développe, plus ça en est la réalisation ;les deux seront toujours ensemble et doivent compter les uns sur les autres.

Est ce que les questions sur le papa de Norman vont entrer en jeu cette saison?

FREDDIE: Pas énormement. c''est drôle , vous voyez une scène et vous vous dites tout est de la faute du papa!" Mais je pense que d'une façon, le déterrer du passé sert à expliquer - tout d'abord, comprendre et acquérir plus de sympathie pour Norma et ce qu'elle a traversé- et aussi, les raisons pour lesquelles Norma et Norman seront toujours si proches, et ont toujours eu besoin de compter les uns sur les autres.

Dans tout ce que vous avez vécu en tant que Norman, comment c'est pour vous de faite certaines choses ?

FREDDIE: Certainement, l'histoire de Norman cette saison est moins liée avec une sorte de complot global, et c'est plus cette quête de découverte de soi et aussi la découverte de qui sa mère est vraiment et quelles sont ses priorités.

Sachant que la saison 5 sera la dernière saison, comment voyez-vous la série à ce point au-delà de la lutte de Norman avec sa santé mentale?

FREDDIE: Je pense que l'essentiel de la série, se déplace vers cette fin inévitable, ça a toujours été la relation entre Norma et Norman. Le fait que les gens partent, les gens tombent, et ce genre d'autonomie va se centrer sur eux à la fin de la saison 5. Et ainsi, si cela signifie que les gens tout autour malheureusement, meurent ou partent, ça se déplace vers cette conclusion inévitable à la fin de la saison 5, j'imagine, de nous étant seulement nous deux.

Vous avez travaillé sur cette autre comédie avec Kerry [Ehrin]?

FREDDIE: Oh, oui. C'était l'année dernière. Nous avons donc écrit ce genre de - eh bien, ils ont commandé le pilote.

Comment était cette expérience? Il est évident que vous êtes revenu et vous avez écrit ceci. Voulez-vous rester en partenariat avec Kerry sur autre chose?

FREDDIE: Évidemment Kerry est un écrivain fantastique, donc je suis très chanceux qu'elle m'ait pris sous son aile. Et oui, je serais ravi d'écrire plus, sur BATES MOTEL ou d'autres choses, certainement. Je veux dire, je pense que je l'ai toujours voulu- jusqu'à un an ou deux quand j'étais à l'université - il y avait toujours ce sens de la combinaison de jouer avec quelque chose d'autre, et maintenant c'est plutôt "Oh, quelle est cette autre chose que je vais faire, ou quelle autre sorte de combinaison je vais pouvoir faire? "et si jouer est finalement une sorte d'auto-réalisations ou un besoin- je veux faire plus de choses et participer à d'autres égards.

Comment pensez vous que la série pourrait vous impliquer dans une autre partie du processus?

FREDDIE: Je pense qu'il y 'a un très petit groupe de personnages, et que tout le monde connaît la série . Tous ceux qui ont été dedans depuis le début la connait intimement. Je suppose que toutes les personnes sur une série, après un certain temps, j'imagine que la plupart d'entre eux parlent d'une famille dynamique et "nous sommes tous des meilleurs amis." Mais je pense que cela est particulièrement vrai sur BATES MOTEL, parce qu'on est un petit groupe de personnes, que je connais ce qui du point de l'écriture rend la perspectivedélicate, car elle dépend toujours de ces choses nuancées complexes entre un petit groupe plutôt que d'avoir ce casting massif où vous pouvez créer des scénarios sans fin.

Combien de temps vous faut-il pour redevenir Norman après plusieurs mois entre les saisons?

FREDDIE: [Rires] Eh bien, pas trop longtemps. Je reviens toujours un peu plus tôt , il y a toujours un léger sentiment de rupture artificielle entre les saisons qui conduit à vouloir écrire, parce que vous vous mettez tant dans quelque chose pendant quatre ou cinq mois de tournage, et alors ça semble bizarre de complètement laisser tomber, de partir loin, et de revenir quelques mois plus tard et commencer à nouveau. Ce grand hiatus était la chance d'être impliqué avec l'équipe des scénaristes, et il y avait ce sens de continuer le chemin , dans la quatrième saison. Et nous espérons que ce sera la même chose pour la cinquième saison, donc je ne sens pas , comme vous le dites, que je sens un stop-départ tout le temps, et vous sentez ce genre de présence permanente tout le temps.

Y at-il quelque chose dans la saison à venir que vous êtes impatient que les fans voient?

FREDDIE: Ouais. Des relations. Les lapins. Oh, je ne sais pas. [Rires] Vous allez essayer d'être intelligent et alors je vais juste le donner.

Est-ce que Norman sent que son frère Dylan (Max Thieriot) s'éloigne?

FREDDIE: En partie, mais je ne pense pas que ça dérange Norman particulièrement. Il n'est pas - j'allais dire "pas fou" - il n'est pas complètement dépourvu d'émotion et voit Dylan et Emma, et leur en veut pour cela, je pense que tout au long de la saison c''est quelque chose que nous voyons de plus en plus. Cette idée que les deux pourraient être grand, est en opposition avec la haine sur cette dynamique depuis le début. Alors, il n'est pas sans cœur, et il ne se met pas particulièrement contre son frère ou ne le rejette pas car il est impliqué avec Emma. Ils vont jouer au croquet ensemble. C'est dans [cet épisode].

Pourriez-vous envisager que Norman cette saison soit plus violent, ou est-ce que quelqu'un en fait va l'aider?

FREDDIE: Il n'est pas particulièrement violent cette saison. Il y a un sentiment de sa part et d'autres qui veulent contrôler son comportement. Et cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas des moments où il s'enclenche, mais nous espérons qu'il est toujours facile de comprendre pourquoi il agit de la façon dont il le fait. Je pense que c'est l'élément clé de cette saison ainsi, tout les points d'intrigue sont du point de vue de Norman, il a ce sentiment d'être avec lui dans son voyage, et de comprendre les choses qu"il fait, ce stade authentique de compassion avec lui même, par opposition à ldevenir ce tueur sans cœur. Cela ressemble plus aux raisons pour lesquelles les gens peuvnt finir par tuer, on le comprend , et on ne peut pas le blâmer nécessairement entièrement.

Y at-il quelque chose que nous n'avons pas abordé sur cette saison, qui est vraiment intéressant?

FREDDIE: Le lapin! Les retours du lapin. Je suppose qu'il y a du mystère. J'aime ces petits moments qui aboutissent finalement dans la création du monde de "Psycho." Il y a ce sentiment cette saison avec plus de ces objets ou des lieux plus même que les gens que vous allez rencontrer un jour dans "Psycho" et vous commencez à reconnaître ce monde, alors que la fin se rapproche.

Est-il envisageable de voir que Norman pourrait poser une menace réelle envers son frère ou même contre le shérif Romero, qui se rapproche de sa famille?

FREDDIE: Ouais. Je pense, en particulier, l'attitude de Norman envers Romero les opposera alors que la saison touche à sa fin!

Ecrit par maelysmiss 
Activité récente
Actualités
Emma & Dylan, un couple romantique

Emma & Dylan, un couple romantique
La Saint Valentin est une journée consacrée à l'amour entre deux êtres et nous ne pouvions pas...

Norman a un nouvel ennemi !

Norman a un nouvel ennemi !
Deux bad guys s'affrontent pour être interviewées dans le magazine Scarlet ! Le duel est dangereux...

Recrutement

Recrutement
Depuis 4 ans en tant qu'AP du quartier, j'ai décidé de quitter mon poste pour vaguer vers d'autres...

Vera Farmiga dans When They See Us

Vera Farmiga dans When They See Us
Vera Farmiga est à l'affiche de la future série de Netflix When They See Us. Les quatre épisodes de...

Olivia Cooke dans une romance SF

Olivia Cooke dans une romance SF
Olivia Cooke (Emma) a un nouveau projet. Elle va partager l'affiche avec Jack O'Connell (Skins) dans...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

serieserie, Hier à 15:24

Vous n'avez pas encore la nouvelle card Chicago Justice? Tentez de la gagner sur les quartiers Chicago!

mnoandco, Hier à 16:14

Hello, il manque encore quelques votes pour valider (ou non) le nouveau design de Blacklist côté préférences/thème. Merci!

sanct08, Aujourd'hui à 10:12

Vous aimez les challenges? Il vous reste 4 jours pour participer à l'animation sur The X-Files !

sanct08, Aujourd'hui à 10:13

Et le quartier propose aussi un nouveau sondage, une nouvelle photo du mois, un survivor et un pendu ! Amusez-vous !

Locksley, Aujourd'hui à 13:20

Summerland et Blue Bloods ont rejoint le club des quartiers qui viennent de changer de design Bonne journée !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site