VOTE | 84 fans

ShowbizJunkies: Nestor/Carlton

Are you ready for bliss or are is Sheriff Romero rethinking giving up the money?

Nestor Carbonell: “Well, what I love about every season is that every character has obviously evolved in different ways and largely impacted by the people that they interact with. And for my character, certainly, the biggest impact has been Norma. This season she seems to have absolutely softened and he’s completely fallen for her. At the same time, as you mentioned, old habits die hard. This is a man who has his own code and one of them apparently is if it’s Bob Paris’ money and he’s no longer around, then now it’s my money. So the question, the big question is he’s made such a huge effort to hide that money to what end is it? He’s a got a sort of a fluid moral compass. Where will it go to next? I think you’ll get some answers certainly in the next couple of episodes regarding that.”

Carlton, are you enjoying the feedback from fans on social media?

Carlton Cuse: “Absolutely. I mean, Kerry [Ehrin] and I had put together fairly early on a five-year plan for the show. And season four is something we’ve been looking forward to for a long time because it really is…we’re activating these major kind of elements of the show’s narrative one of which is Norman is really sort of descending into being kind of pathologically the character that is similar to the one in Psycho. And secondly, really finally getting to sort of let Norma and Romero’s relationship blossom. And so it’s really, really fun. It was really, really fun for us to sort of see the audience embrace both of these events which are really huge kind of advancements in our storytelling. We’ve always envisioned the show being five seasons, so we’re really kind of entering the critical phase of the show now as these two events – these two kind of story events unfold.”

Carlton, this is a follow-up question on your five-year plan. Has that altered at all dramatically, based on what you’ve seen fans embrace about the show? Or is it the same thing that you set out with from season one, this path that you’re taking to get to that finale of season five?

Carlton Cuse: “I think there are some changes that occurred in that. I think in certain ways kind of it’s been enhanced by what’s happened with the actors. I mean, we think we discovered, for instance, that there was a really nice chemistry between, Dylan’s and Emma’s characters. And that really pushed us towards engaging those two romantically, which was something that wasn’t planned from the very beginning. And in terms of like the Norma, Romero, that was something we really thought about from the very beginning. But what we didn’t anticipate was the incredible chemistry that existed between Nestor and Vera [Farmiga]. And so that storyline kind of was amplified and really just it became so much more heated up by the fact that the two actors are so amazing and so kind of connected. So, it feels so real and believable. It just kind of is a level of combustion that we didn’t expect.”


Why do you think Romero feels the need to protect Norma? Is it simply because he cares so much for her or is there something deeper there?

Nestor Carbonell: “I’ll tell you what – and steer me right where I’m wrong – but my take on it is that he feels a certain kinship with her and feels somewhat in that they both have a sordid history. They’ve had a tough upbringing. I mean the both of them have had a dark, not equally dark, but there were both very dark pasts that they’ve had to battle. And so they have that in common, but more than that [is]the way they’ve dealt with it. They’re both strong and assertive personalities that have had to fight for everything. I think Romero sees his counterpart in Norma in that respect. She’s a woman who’s come to this town and is completely bucked conventionally in town and gone against all of the things that you’re supposed to, the council, the just the typical ways you’re meant to go about doing things in this kooky town of White Pine Bay. And I think Romero loves that in her and has certainly warmed to her. His struggle with her is that she’s able to trust him and that’s a struggle with him for three seasons up until this season, where I think he finally feels, at least in this particular episode that aired, that he’s finally broken through.”

Carlton Cuse: “Yes. I think that there’s a kind of deep level of empathy in Sheriff Romero. I think he feels that he has a very good grasp of sort of the kind of understanding of people and as a result, it has given him license to set his own morality and draw his own line in the sand. I think his deep level of empathy for Norma is one which he really understands how important Norman is to her, and so therefore because he really deeply loves this woman, he wants to help support Norman as well, you know? So I think it’s everything that Nestor said. And then I would just add that it’s really sort of a deep reading of Norma that also kind of motivates him to be her ally here.”

The Bates Motel and house are re-creations, but still what’s it like to be on that set? How does that add to the whole atmosphere of filming?

Nestor Carbonell: “It’s extraordinary. I mean, we have an amazing set that was built by Mark Freeborn and his crew who I, correct me if I’m wrong, Carlton, I think built the entire exterior of the set in five weeks in Aldergrove which is a border town, a U.S.-Canadian border town, in Canada. It’s much larger than the original set in Universal.”

Carlton Cuse: “[…]The one that’s on the Universal lot actually is a scale model. It’s not full-size. But our set was built using the original blueprints that were taken from the Universal archives. It is a full-scale replica built to the specifications from the Hitchcock movie. It is, when you actually go there, this special relationship and connectivity I think makes it. It gives you kind of a sense of realness that’s really great. I’ll let Nestor speak to that but from a performing aspect, it really grounds that. It just makes it feel real even though those sets are so iconic and kind of from the world of cinema. There’s also the sense of reality when you actually have them built and this big special relationship exists. You know, so much movie-making is trickery. We actually have these things; you can walk into a motel room downstairs. There’s the office. You go up the stairs and you go into the house. It’s kind of wonderful other than the fact that it’s built on a landfill of a garbage dump. Other than that, it’s fantastic.”

Nestor Carbonell: “I think that only adds to it. You’re absolutely right. It is largely a practical set and has become more practical as every season has gone on. The crew had built more rooms and added a roof for the second season. So I think so, yes, as Carlton said, the minute you step on the set you can’t really help but already be in that world because it is so beautifully realized by Mark Freeborn and his crew.

The other thing too I would add is that we have to drive an hour and a half from downtown Vancouver every time we shoot at the motel. So there’s something to be said for that drive as opposed to driving to a lot. When you’re driving to a place pretty far away, pretty remote on a border town that, as an actor, certainly gets you in the mood for you to say, ‘I’m going to this remote motel out there and it is out there.’ So there’s something about that, and then we shoot predominately during the and the fall so you add the gray skies of Vancouver to the mix. That only adds to the sort of impending thriller and thrill and doom element to it.”

Separating Norma and Norman this season has propelled the story and the characters forward. Would you speak a little bit about how that separation has slowed Norma to evolve and change and perhaps reach the turning point that she did in last week’s episode?

Carlton Cuse: “I think for Kerry and I, we felt like this was a very important story moment. […]There were kind of a lot of things that were serviced at all the same time, we wanted Norma to kind of confront this idea that she’d never had actually gotten any professional help for her kid despite a lot of sign posts that he needed psychological help. So the fact that she does that was important. Also, we wanted to hold out this hope that Norman being in this place where he’s getting mental help is possibly a really optimistic event for him. It’s also really kind of untethering Norma from Norman and gives us an opportunity to explore the character in a different way. She’s suddenly freed from the 24/7 obligations of her kid and this really allowed her relationship with Romero to flourish. We want to, in a way, give her the sort of thing she’d always wanted.

She’s, I think, a character who her whole life has wanted to find some pure manifestation of love. She’s instead gotten involved with the wrong guys and been the victim of a lot of horrible circumstances. Now for the first time everything seems to be going right. She’s with a guy who loves her, who is really at his core…I think we believe a very decent guy with his own kind of strong sense of morality and someone who fiercely cares about her and like this relationship has really blossoming. Yet you have Norman who’s in a mental institution and is kind of a ticking time bomb. It just felt narratively that it was a great opportunity to put the characters in some different circumstances that allowed us to push some of our storytelling in new directions.”

Nestor, the scene with you and Vera Farmiga finally discussing the truth about Norma’s relationship with Caleb was heartbreaking and a turning point for Norma. Was there anything out of the ordinary you did to prepare for that scene? Was that just another day on the set or did it take extra effort to get through that scene?

Nestor Carbonell: “I mean, it was driven by Vera’s incredible performance. It was on the page, I remember welling up, crying, reading that scene and then thinking, ‘Wow, this is going to be a tough one.’ And Vera, she’s so incredibly well prepared and so emotionally available. She got me in the first take. Thankfully, the camera was on her but I was like, ‘I’m going to lose it here.’ It was definitely a tough scene to shoot.

What was interesting is even though we, as a viewer, knew everything she was saying – I mean, we’d heard it – I think she had to reveal all that. She did. She had to reveal it to Dylan as well. So while she had revealed it before having the impact on the character that she had fallen for, having her see the impact on that character was something completely new. And what it meant to their future and to her future in particular was, I think, particularly important. I love that about the scene. It is her reveal, my response to her, and then her response to that was particularly moving. Like, ‘Wow, finally there’s someone here who doesn’t care, who will take me warts and all.’ But, yes, it was a particularly tough scene to shoot. But when you have Vera driving something like that, she makes it look effortless.”

Was there anything you learned from directing the season three episode that you applied to the season four episode you directed?

Nestor Carbonell: “Yes. […] Due to Carlton, I got this incredible opportunity. This is something that Vera had suggested I do. In the middle of season two, she said, ‘You should try directing. You really should.’ And when I broached the subject with Carlton he said, ‘Yes, absolutely. I think that would be a great idea.’ I suggested maybe shadowing and then lo and behold, he said, ‘Well, if someone falls out would you be willing to step in?’ I said, ‘Sure,’ and sure enough someone had to fall out last year and then I had the daunting prospect of actually having to do it – and having not gone to film school. But the great advantage I have, outside of amazing scripts to work with, is a phenomenal cast, is an extraordinary crew that helped me a lot last year. I learned so much from that particular episode from Tucker Gates, our Producing Director who really established the look of the show. The dolly tracks, mostly nothing longer than a 40 millimeter lens so that pretty much it’s a single camera show. That the whole world is mostly in focus as you’re shooting it. So, I wanted to certainly pay respects to what Tucker was doing.

I got enormous help from the crew and that particular episode last year was fairly stunt-heavy so I learned a whole other thing on top of just getting behind the camera. So yes, I took as much of that as I could to this episode which, as you’ll see without giving anything away, is totally a very different episode than the one I got to direct last year, which is another bonus for me getting to do something completely different as a director.”

What’s one of your favorite things about playing Sheriff Romero this season?

Nestor Carbonell: “Well, this particular season what’s been a lot of fun – Carlton and I talked about this stuff in the beginning – is the arc of the character, that he wasn’t necessarily particularly sympathetic when we first met him. He was bit of a bulldog. But knowing full well that eventually he would wind up with Norma, it was nice to be able to track as an actor that trajectory so that you can play has hard as you want initially knowing full well that eventually he will soften. His guard will come down. And knowing that it was because of Norma that he was going to soften was what made that choice that much more interesting because of my dynamic with Norma and with Vera. With this particular season what’s been rewarding is finding the ways for him to slowly break that guard down. And what Carlson and Kerry and the writers came up so cleverly with was how do you do that after three seasons of a pretty hard-nosed guy? The only time we’ve seen Romero sort of drop his guard was when he’d been drinking, so Kerry, Carlton, and the writers cleverly had me go out on dates and have a few cocktails and suggested Norma drink as a way of loosening up. That sort of let the walls down, initially.

I love what Carlton and Kerry did in terms of bridging or having these two get together. It was a product of a marriage first, of a false marriage, that turns into passion, that turns into liking each other. And then eventually it turns into declaring a love for each other. So it’s sort of a backwards way to enter a relationship, but I think it’s sort of in keeping with what these two are.”

Norman is obviously becoming more and more unstable this season. Now that Romero has married his beloved mother, do you think it’s inevitable that there’s an altercation coming between the two?

Carlton Cuse: “Yes. I mean, we clearly constructed this narrative that these two characters are on a collision course. You know, how that actually plays out, we obviously don’t want to spoil what’s to come. You know, the idea that while Norman’s away, Norma will play is obviously a very loaded scenario. The kind of degree in which [Norman] is willing to accept Romero into his life and to accept the fact that Romero and his mother are romantically involved is a question that just looms large across the show and will definitely be addressed in coming episodes.”

Those who’ve seen the movie know what’s apparently coming for Norma, which is obviously even harder for us to deal with now that we’ve gotten to know her. Do you think the Bates Motel ending might be completely different? Do you think of that as a separate entity?

Carlton Cuse: “You know, Kerry and I, we certainly don’t think it would be rewarding to deliver up to the audience the exact same ending of our show that you saw in the movie. However, the tension of all great tragedies is sort of this idea of you’re hoping against hope that characters don’t meet their inevitable fate. That’s the essential tension of tragedies. So if you watch Titanic, you know the ship is going to sink. But you’re hoping, ‘Oh man, did Kate and Leo make it?’ I think that we want our audience to feel that same tension. Are Norma and Norman going to make it? Is Norma going to make it? What’s going to happen? I think that we like to think of the idea that we’re sort of crisscrossing with the mythology of the original movie. But it is certainly not our desire or obligation to exactly align our storytelling with what goes on in the movie. The tension of what you should or shouldn’t expect is something that we’re very aware of. We want you to feel that tension, but I certainly don’t want to tell you how we’re planning to pay it out.”

How does it feel to see the end coming with the series finishing up next year? Are you already getting nostalgic, even though you’re still in the middle of it?

Carlton Cuse: “For us, it’s kind of this really mixed thing because it’s absolutely best for the storytelling. I mean, this is a story that just is so much better closed-ended, knowing that there is some kind of finality to it. The tension of that finality, what that finality’s actually going to mean is, I think, what really helps engage the audience. But on a personal level, it’s an absolutely blessed experience. I’ve never worked with a cast that is more connected, more aligned, more professional. Everyone is so lovely and talented and the work experience, I think, is so satisfying and rewarding for everyone involved that it’s really painful for that to come to an end, you know? This assemblage of actors is so special and rare. The way everyone treats each other and the respect that everyone has for everyone else and for the process is so high that that is a really serious bummer that that’s ending. You know, that’s not the case on many TV shows or films or anything where you have this level of connectedness. That part’s going to be sad because whenever you make a show, you have a fictional show but it leads to the creation of this sort of real world family behind the scenes that actually makes the show. The fact that that’s going to be coming to an end in the near future is sad.”

Nestor Carbonell: “Again, yes, I completely agree and I’ve told you this too, Carlton, that I hold this up in the same way as I held Lost. This has been one of the most special experiences I’ve ever had creatively and then personally, too. Like you said, the people are extraordinary, working again obviously with you and Kerry and the incredible crew and the cast. It’s the old cliché thing which is true: it’s like a family. Our Line Producer put together and amassed the most incredibly talented and sweetest crew that you could imagine and we spent many hours together, so it’s going be extraordinarily hard to see the show end.

For some of us, we don’t know when it ends. You know, you’ll have to find out as a viewer for some when that end comes. But so far it’s been and has been, like I said, one of the best experiences that I have ever had professionally.”

Freddie Highmore wrote one of the upcoming episodes. Did either of you give him any special advice?

Carlton Cuse: “You know, I think Freddie is a multi-talented guy who is different than a lot of actors in many respects. He has a degree from Cambridge University in languages. He’s fluent in Spanish and Arabic. I honestly think he’s with MI6 but that’s something he will neither confirm nor deny. And he, I think, has like Nestor the potential to be a significant artist in an area beyond acting. I think for Freddie it was a great experience to come and sit in the writer’s room and work with our incredibly talented group of writers on the construction of the story. What was really interesting, and it was a first for me, is to see a script come together from the perspective of someone who’s writing it who actually really inhabits one of the main characters in the show. His perspective on Norman and then writing of the script was something that I think Kerry and I were really taken with because we’re the progenitors of that character but he’s the person who’s playing that character and inhabiting it. It was just interesting to see the ways in which he would [as]Norman react in a certain circumstance versus what we would imagine the character would do. [We] kind of in a collaborative way found our way towards I think using the best of both, using our ideas about how the character would be in combination with insights that I think Freddie brings to the table playing Norman day in and day out. I think it was a real learning experience for Freddie.

He did a great job. I believe when you are engaged in a process like making the show, I think particularly you look for opportunities to really nurture the talent in the people you work with. You know, see the ways in which that talent extends the job that they’re currently doing. I think that Nestor has turned out to be a phenomenal director. I think he’ll have a healthy career as a director alongside his acting career. I think Freddie has definitely shown the ability to do more than act himself.”

Nestor Carbonell: “Thank you, Carlton. That’s very kind. And again I would not be in this position if it were not for you. You literally made this happen and I can’t thank you enough for that. It’s been extraordinary. I love that you’ve fostered that and you’ve helped Freddie through this process, too, as a writer. I know he will have a chance to go beyond that and direct next year. He was extraordinary. It was great to work with him and great to see him even in pre-production. I would sort of bump into him when he was prepping for the episode. He would ride on the bus with scouts and everything, and he really wanted to learn every aspect of the process. I love that and I loved just giving him a hard time when we’re doing scenes. I mean, you brought this up, Carlton, that I did. At one point we’re doing a scene and I said, ‘These words are just not sayable. I mean, you just don’t say these things.’ [Laughing] So that went over really well. I said, ‘Who wrote this, man?’ No, but it was a lot of fun. And just to see his level of excitement and how invested he was in every aspect of it was great. He’s an unusually gifted individual and an incredibly warm person. It was just amazing to see him succeed on this level as well.”

Ecrit par maelysmiss 

Traduction

Êtes-vous êtes prêt pour le bonheur ou pensez vous que le Sherif Romero va renoncer à l'argent?
Nestor Carbonell: Eh bien, ce que j'aime dans chaque saison c'est que chaque personnage a évidemment évolué de manière différente et largement que celà a impacté les gens qui interagissent avec. Et pour mon personnage, certainement, le plus grand impact a été Norma. Cette saison, elle semble avoir absolument s'être radoucie  et il est complètement tombé amoureux. Dans le même temps, comme vous l'avez mentionné, les vieilles habitudes ont la vie dure. C'est un homme qui a son propre code et c'est l'argent de Bob Paris et alors maintenant c' est son argent. Donc la question, la grande question est qu'il a fait un énorme effort pour cacher cet argent mais dans quel but? Il a une sorte de boussole morale . Où va-t-il aller après? Je pense que vous aurez des réponses certainement dans les deux prochains épisodes concernant cela.

Carlton, appréciez-vous les réactions des fans sur les réseaux sociaux?
Carlton Cuse: Absolument. Je veux dire, Kerry [Ehrin] et moi avions mis en place assez tôt le plan de cinq ans pour la série . Et la quatrième saison est quelque chose que nous avons hâte depuis longtemps, car c' est vraiment ... nous activons ces principaux types d'éléments du récit de la série dont l'un est Norman qui descend dans le genre de pathologie que  le personnage de Psychose. Et deuxièmement, vraiment en quelque sorte, on laisse la relation Norma et Romero éclore. Et c'est vraiment, vraiment amusant. c'était vraiment, vraiment amusant pour nous en quelque sorte de voir le public embrasser ces deux événements qui sont vraiment d'enormes progrès dans notre narration. Nous avons toujours envisagé la série en cinq saisons, nous sommes donc vraiment en train d'enter dans la phase critique de la série maintenant que ces deux événements - ces deux genre d'histoire.

Carlton, ceci est une question sur votre plan quinquennal. Cela at-il changé de façon spectaculaire, ce que vous avez vu par rapport aux  fans ? Ou est-ce la même chose que vous aviez définit depuis la saison une?
Carlton Cuse: Je pense qu'il y a des changements qui se sont produits à cet égard. Je pense que d'une certaine façon ,ça a été renforcé par ce qui est arrivé avec les acteurs. Je veux dire, nous pensons que nous avons découvert, par exemple, une très belle chimie entre, Dylan et Emma. Et cela nous a vraiment poussé vers l'engagement de ces deux là , ce qui était quelque chose qui n'était pas prévu dès le début. Et pour Norma, et Romero, c' était quelque chose que nous avons vraiment pensé dès le début. Mais ce que nous n'avions as prévu c'était l'incroyable alchimie entre Nestor et Vera [Farmiga]. Et pour ce scénario , ça a amplifié , c'est devenu tellement plus hot par le fait que les deux acteurs sont tellement incroyables et tellement connectés. Donc, ça semble si réel et crédible. c'est juste un niveau de combustion qu'on attendait pas.

Pourquoi pensez-vous Romero sent la nécessité de protéger Norma? Est-ce simplement parce qu'il se soucie d' elle ou est-ce quelque chose de plus profond ?
Nestor Carbonell: Je vais vous dire - peut être que je me trompe - mais mon avis sur la question est qu'il  sent une certaine parenté avec elle et sent un peu comme elle dans une histoire sordide. Ils ont eu une éducation difficile. Je veux dire les deux ont eu des moments sombres, pas aussi sombres, mais il y a deux passés très sombres qu'ils ont dû affronter. Et ils ont cela en commun, mais plus , c'[est] la façon dont ils ont traité avec ça . Ils sont les deux personnalités fortes et affirmées qui ont eu à se battre pour tout. Je pense que Romero voit son homologue en Norma à cet égard. Elle est une femme qui est venu dans cette ville et a complètement résisté et est allée contre toutes les choses , le conseil, la  ville dingue de White Pine Bay. Et je pense que Romero aime ça en elle . Sa lutte avec elle est qu'elle est en mesure de lui faire confiance et c'est une lutte pendant trois saisons jusqu'à cette saison, où je pense qu'il se sent enfin, au moins dans cet épisode en particulier qui a été diffusé, qu'il a enfin rompu ces barrières.

Carlton Cuse: Oui. Je pense qu'il y a une sorte de niveau profond d'empathie dans le Sherif Romero. Je pense qu'il sent qu'il a une très bonne compréhension entre les personnes et, par conséquent, il  a un permis pour définir sa propre moralité et en tirer sa propre ligne de conduite. Je pense que son profond niveau d'empathie pour Norma est qu'il comprend vraiment l'importance de Norman pour elle, et ainsi donc parce qu'il aime vraiment profondément cette femme, il veut aider à soutenir Norman vous savez? Je pense donc que c'est tout ce que Nestor dit. Et puis, je voudrais simplement ajouter que c'est vraiment une sorte de lecture profonde de Norma qui le motive.

Le Bates Motel et la maison sont des créations, mais ça fait quoi d'être sur le tournage? Comment cela ajoute à l'ambiance du tournage?
Nestor Carbonell: c'est extraordinaire. Je veux dire, nous avons un décor étonnant qui a été construit par Mark Freeborn et son équipe qui , corrigez-moi si je me trompe, Carlton, je pense qu'il a tout construit ,tout l'extérieur en cinq semaines à Aldergrove, une ville frontalière, canado-américaine, au Canada. C'est beaucoup plus grand que le décors original chez Universal. "

Carlton Cuse: Celui qui est chez Universal est en fait un modèle à l'échelle. Il n'est pas en pleine dimension. Mais notre décors  a été construit en utilisant les plans originaux qui ont été pris à partir des archives d'universel. c'est une réplique grandeur nature construite selon les spécifications du film d'Hitchcock. c'est, quand vous avez  pu réellement y aller, une relation particulière et une connectivité, je pense. Il vous donne une sorte de sentiment de réalité,ce  qui est vraiment super. Je vais laisser Nestor parler , mais du point de vu d'un aspect exécution, il a vraiment des raisons d'exister. Il permet simplement de se sentir réel même si ces décors sont tellement emblématiques . Il y a aussi le sens de la réalité lorsque vous avez réellement construit et cette grande relation particulière qui existe. Vous savez, tant de films sont des ruses. Nous avons en fait ces choses; vous pouvez marcher dans une chambre de motel . Il y a le bureau. Vous montez les escaliers et vous allez dans la maison. c'est une sorte de construction sur un site d'enfouissement d'ordures. A part ça, c'est fantastique. "

Nestor Carbonell: Je pense que cela ajoute quelque chose. Tu as absolument raison. c'est en grande partie un ensemble pratique et c'est devenu plus pratique au fil des saisons . L'équipe avait construit plus de chambres et a ajouté un toit pour la deuxième saison. Donc, je pense que oui, comme l'a dit Carlton, la minute que vous marchez dans le décors, vous ne pouvez pas vraiment aider, mais déjà dce monde est si magnifiquement réalisé par Mark Freeborn et son équipe.

L'autre chose aussi, que je voudrais ajouter ,c'est que nous avons partir à une heure et demi du centre-ville de Vancouver chaque fois que nous tournons au motel. Donc, il y a quelque chose à dire sur le fait de conduire, par opposition à conduire vers cet endroit tout le temps . Lorsque vous conduisez vers un endroit assez loin, assez isolé dans une ville frontalière, en tant qu'acteur, vous vous mettez certainement dans l'ambiance et vous vous dites: "Je vais à ce motel là-bas , il y a quelque chose à ce sujet, puis nous tournons la en automne de sorte que vous ajoutez le ciel gris de Vancouver au mélange. Cela ne fait qu'ajouter à ce genre de suspense imminent et de sensations fortes et de malheur ".

La séparation Norma et Norman cette saison a propulsé l'histoire et les personnages en avant. Voulez-vous parler un peu plus de la façon dont la séparation a ralenti Norma et que peut-être celà avait atteint le point tournant dans l'épisode de la semaine dernière?
Carlton Cuse:Je pense que pour Kerry et moi, nous nous sommes sentis comme a un moment de l'histoire très important. Il y avait beaucoup de choses qui ont été montrées en même temps, nous voulions que Norma se fasse à cette idée qu'elle n'avait jamais obtenu aucune aide professionnelle pour son enfant, malgré un grand nombre de panneaux de signalisation montrant qu'il avait besoin d'aide psychologique. Donc, le fait qu'elle le fasse était important. De plus, nous voulions tenir cet espoir que Norman était à un moment où il voulait de l'aide mentale et que est peut-être cet événement serait positif pour lui. c'est également vraiment une sorte de séparation de Norma et Norman et nous donne l'occasion d'explorer les personnages d'une manière différente. Elle est soudainement libérée des obligations envers son enfant, ce qui a vraiment permis sa relation avec Romero. Nous voulons, en quelque sorte, lui donner ce genre de chose qu'elle a toujours voulu.

Elle est, je pense, un personnage qui toute sa vie a voulu trouver une pure manifestation de l'amour. Elle était, plutôt ,impliquée avec de mauvais gars et a été victime d'un grand nombre de circonstances horribles. Maintenant, pour la première fois, tout semble aller bien. Elle est avec un mec qui l'aime, qui est vraiment dans son coeur ... Je pense que nous croyons à un gars très honnête avec sa propre force morale et  quelqu'un qui se soucie farouchement d'elle et cette relation a vraiment éclot. Pourtant, vous avez Norman qui est dans un établissement psychiatrique et c'est une sorte de bombe à retardement. On l'a juste senti narrativement ,que ce fut une excellente occasion de mettre les personnages dans certaines circonstances différentes ,qui nous ont permis de pousser certaines de nos histoires dans de nouvelles directions ".

Nestor, la scène avec vous et Vera Farmiga discutant enfin de la vérité sur la relation de Norma avec Caleb était déchirante et un point tournant pour Norma. Y avait-il quelque chose de particulier que vous avez fait pour préparer cette scène? Était-ce juste un autre jour sur le tournage ou at-il fallu un effort supplémentaire pour passer cette scène?
Nestor Carbonell: Je veux dire, ele a été dirigée par la performance incroyable de Vera. Sur le papier , je me souviens,à la lecture de cette scène, j'ai pensé, 'Wow, ça va être dur. 'Et Vera, elle est si incroyablement bien préparée et si émotionnellement disponible. Elle m'a mis dedans dès la première prise. Heureusement, la caméra était sur elle, mais je suis comme, "je vais me perdre. " c'était sans aucun doute une scène difficile à tourner.

Ce qui est intéressant , en tant que spectateur, même si on savait ce qu'elle allait dire -  je crois qu'elle avait à révéler tout cela. Elle l'a fait. Elle devait le révéler à Dylan aussi. Ainsi, alors elle le révélait avant d'avoir un impact sur le personnage, et la voir avoir un impact sur ce personnage était quelque chose de complètement nouveau. Et ce que cela signifiait pour leur avenir et son futur en particulier l'était, je pense, particulièrement important. J'adore la scène. Ma réponse , puis sa réponse ont été particulièrement émouvantes. Comme, 'Wow, enfin il y a quelqu'un ici qui ne se soucie pas, qui va me prendre avec tout ça. "Mais, oui, ce fut une scène particulièrement difficile à tourner. Mais quand vous avez Vera qui conduit quelque chose comme ça, elle lui donne une apparence sans effort ".

Y a-il quelque chose que vous avez appris en rélaisant un épisode de la saison trois et  que vous avez appliqué dans la saison quatre ?
Nestor Carbonell: "Oui. Grace à Carlton, j'ai eu cette incroyable opportunité. Ceci est quelque chose que Vera avait suggéré . Au milieu de la saison deux, elle a dit, "Tu devrais essayer de réaliser . tu devrais vraiment le faire. Et quand j'ai abordé le sujet avec Carlton, il a dit: "Oui, absolument. Je pense que ce serait une excellente idée. Je le proposai et voici,ce qu' il a dit: "Eh bien, si quelqu'un tombe seras tu prêt à intervenir?" J'ai dis: "Bien sûr, 'et bien sûr que quelqu'un a dû tomber l'année dernière et j'ai eu la perspective intimidante d'avoir à le faire . Mais le grand avantage , en dehors des scripts étonnants , est un casting phénoménal, une équipe extraordinaire qui m'a beaucoup aidé l'année dernière. J'ai tellement appris de cet épisode en particulier de Tucker Gates, notre producteur qui a vraiment créé le look de la série . Les pistes de dolly, la plupart du temps rien de plus qu'une lentille de 40 mm de sorte que à peu près toute la série est faite avec une unique caméra. Tout le monde ,est la plupart du temps au point de vu que vous prenez . Donc, je pourrais payer certainement des égards à ce que Tucker faisait.

J'ai reçu une grande aide de l'équipe et cet épisode enparticulier l'année dernière, contenait des cascades, donc j'ai appris tout autre chose derrière la caméra. Alors oui, j'ai pris autant que je pouvais pour cet épisode qui, comme vous le verrez est un épisode très différent de celui que j'ai réalisé  l'année dernière, ce qui est un autre bonus pour moi ,de faire quelque chose de complètement différent.

Quel est l'une de vos choses préférées au sujet de jouer le shérif Romero cette saison?
Nestor Carbonell: Eh bien, cette saison particulièrement, ce qui a été beaucoup de plaisir - Carlton et moi avons parlé de ce genre de choses au début - c'est l'arc du personnage, qui n'était pas nécessairement particulièrement sympathique quand nous l'avons rencontré. Il était un peu  bouledogue. Mais sachant très bien que finalement il finirait avec Norma, c'était agréable d'être en mesure de suivre en tant qu'acteur cette trajectoire afin qu'il se adoucisse. Sa garde descend. Et sachant que c'était à cause de Norma qu'il allait s'adoucir , ça a été ce qui a fait ce choix d'autant plus intéressant à cause de ma dynamique avec Norma ,Vera. Avec cette saison particulièrement, ce qui a été gratifiant est de trouver les moyens pour lui de rompre lentement sa garde. Et Carlson et Kerry et les écrivains l'ont fait si habilement, après trois saisons d'un gars assez impitoyable? La seule fois que nous avons vu Romero laisser tomber sa garde c'était quand il avait bu, donc Kerry, Carlton, et les écrivains l'ont intelligemment fait prendre quelques cocktails et ont suggéré à Norma de boire comme un moyen de relâchement.

J'aime ce que Carlton et Kerry ont fait en termes de transition. c'était un produit d'un premier mariage, d'un faux mariage, qui se transforme en passion, qui se transforme en amour. Finalement il se transforme en  amour . Donc, c'est une sorte de chemin en arrière pour entrer dans une relation, mais je pense que c'est un peu conforme à ce que ces deux sont .

Norman est évidemment de plus en plus instable cette saison. Maintenant que Romero a épousé sa mère bien-aimée, pensez-vous qu'il est inévitable qu' il y ait une altercation entre les deux?
Carlton Cuse: Oui. Je veux dire, nous avons clairement construit ce récit , ces deux personnages sont sur une trajectoire de collision. Vous savez, comment ça joue, nous ne voulons évidemment pas gâcher ce qui est à venir. Vous savez, l'idée que loin de Norman, Norma jouera évidemment un scénario très chargé. Le genre de mesure dans laquelle [Norman] est prêt à accepter Romero dans sa vie et accepter le fait que Romero et sa mère sont amoureux est une question qui plane à travers la série et sera certainement abordée dans les épisodes à venir.

Ceux qui ont vu le film savent ce qui est apparemment à venir pour Norma, ce qui est évidemment encore plus difficile pour nous maintenant que nous le connaissons. Pensez-vous que  Bates Motel se terminera  par une fin complètement différente? Pensez-vous la série comme une entité distincte?
Carlton Cuse: Vous savez, Kerry et moi, nous ne pensons certainement pas que ce serait gratifiant de livrer au public la même fin exacte pour notre série que dans le film. Cependant, la tension de toutes les grandes tragédies vous fait espérer que les personnages ne rencontrent pas leur sort inévitable. C'est la tension essentielle des tragédies. Donc, si vous regardez Titanic, vous savez que le navire va couler. Mais vous avez l'espoir, "Oh man, Kate et Leo le font? 'Je pense que nous voulons que notre public sentent cette même tension. Que va t'il se passer pour Norma et Norman ? Est-ce que Norma va le faire? Qu'est-ce qui va se passer? Je pense que nous aimons sillonner la mythologie du film original. Mais c'est certainement pas notre désir ou une obligation de s'aligner exactement avec ce qui se passe dans le film. La tension de ce que vous devez ou ne devez pas attendre ,nous en sommes très conscients. Nous voulons que vous sentiez la tension, mais je ne veux certainement pas vous dire comment nous prévoyons de finir.

Comment vous sentez-vous alors que la fin de la série arrive l'année prochaine? Est-ce que êtes  déjà nostalgique, même si vous êtes encore au milieu de celle ci?
Carlton Cuse: Pour nous, c' est une sorte de mixe, car c'est le mieux pour la narration. Je veux dire, cela est une histoire qui est tellement mieux fermée,non limitée, sachant qu'il y a une sorte de finalité . La tension de cette finalité, ce que la finalité va réellement amener, je pense, ça engage le public. Mais sur le plan personnel, c'est une expérience absolument bénie. Je n'ai jamais travaillé avec un casting qui est plus connecté, plus aligné, plus professionnel. Tout le monde est si beau et talentueux et l'expérience de travail, je pense, est si satisfaisante et enrichissante pour tout le monde que c'est vraiment douloureux avec la fin qui arrive, vous savez? Cet ensemble d'acteurs est si spécial et rare. La façon dont tout le monde se traite les uns ,les  autres et le respect que chacun a pour tout le monde et pour le processus est si fort que cela est une déception , que ça se termine. Vous savez, ce n'est pas le cas sur de nombreuses séries ou films où vous avez ce niveau de connectivité. Cette partie va être triste parce que chaque fois que vous faites une série, vous avez une sériede fiction, mais elle conduit à la création de ce genre de famille du monde réel ,derrière les scènes qui rend effective la série. Le fait que cela arrive à sa fin dans un proche avenir est triste.

Nestor Carbonell: Encore une fois, oui, je suis entièrement d'accord et je vous avais dit cela aussi, Carlton,  je tiens cela de Lost. Cela a été l'une des expériences les plus spéciales que j'ai jamais eu ,créativement puis personnellement, aussi. Comme vous l'avez dit, les gens sont extraordinaires, travailler à nouveau évidemment avec toi et Kerry et l'incroyable équipe et le casting. c'est la vieille chose cliché qui est vrai: c'est comme une famille. Notre Producteur a amassé l'équipe la plus incroyablement talentueuse et la plus douce que vous pourriez imaginer et nous avons passé de nombreuses heures ensemble, donc ça va être extrêmement difficile de voir la fin .

Pour certains , nous ne savons pas quand elle se terminera. Vous savez, vous devez savoir en tant que spectateur quand cette fin arrive. Mais jusqu'à présent, ça a été comme je l'ai dit, l'une des meilleures expériences que j'ai jamais eu professionnellement.

Freddie Highmore a écrit un des épisodes à venir. Est-ce que vous lui avez donné des conseils particuliers?
Carlton Cuse: Vous savez, je pense que Freddie est un gars multi-talentueux qui est différent d'un grand nombre d'acteurs à bien des égards. Il est diplômé de l'Université de Cambridge en langue. Il parle couramment l'espagnol et l'arabe. Et lui, je pense, comme Nestor, qu'il a le potentiel d'être un artiste important au-delà de l'action. Je pense que pour Freddie ce fut une grande expérience de venir siéger dans la chambre des écrivains et de travailler avec notre groupe incroyablement talentueux  sur la construction de l'histoire. C' était vraiment intéressant, et ce fut une première pour moi, de voir un script dans la perspective de quelqu'un qui a écrit alors qu'il habite vraiment l'un des personnages principaux de la série. Son point de vue sur Norman puis écrire le script était quelque chose que je pense que Kerry et moi avons été vraiment aimé parce que nous sommes les progéniteurs de ce personnage, mais c' est la personne qui joue ce personnage et qui l'habite. c' était intéressant de voir la façon dont il [en] faisait réagir Norman dans une certaine circonstance par rapport à ce que nous imaginons . [Nous] avons eu une façon collaborative sur notre chemin ; je pense en utilisant le meilleur des deux, en utilisant nos idées sur la façon dont le personnage serait en combinaison avec des idées que Freddie a apporté à la table . Je pense que ce fut une véritable expérience d'apprentissage pour Freddie.

Il a fait un excellent travail. Je crois que lorsque vous êtes engagé dans un processus comme faire la série, je pense en particulier à chercher des occasions de se nourrir du talent dans les gens avec qui vous travaillez. Vous savez, voir la façon dont ce talent étend le travail . Je pense que Nestor s'est avéré être un réalisateur phénoménal. Je pense qu'il va avoir une carrière en tant que réalisateur aux côtés de sa carrière d'acteur. Je pense que Freddie a définitivement démontré sa capacité de faire plus que de jouer.

Nestor Carbonell: Je te remercie, Carlton. C'est très gentil. Et encore, je ne serais pas dans cette position si tu ne l'étais pas .Tu as fait littéralement fait que cela arrive et je ne peux pas te remercier assez pour cela. çaa été extraordinaire. J'aime que tu ais favorisé cela et tu ais aidé Freddie à travers ce processus, aussi, comme écrivain. Je sais qu'il aura une chance d'aller au-delà et de réaliser  l'année prochaine. c'était extraordinaire. c'était très agréable de travailler avec lui et génial de le voir, même en pré-production. Je suis tombée  sur lui quand il préparait l'épisode. Il montait dans le bus et tout, et il a vraiment voulu apprendre les aspects du processus. J'adore et j'aimais lui donner un moment difficile dans des scènes. Je veux dire,tu as apporté cette place, Carlton. À un moment donné, nous faisons une scène et j'ai dit, "Ces mots ne sont tout simplement pas dicible. Je veux dire, vous ne vous dites pas ces choses ". [Rire]  Je dis: "Qui a écrit ça ? Non, mais ça a été beaucoup de plaisir. Et juste pour voir son niveau d'excitation et comment il était investi dans tous les aspects c'était super. c' est un individu exceptionnellement doué et une personne incroyablement accueillante.c'était tout simplement incroyable de voir lui succéder à ce niveau aussi .

Ecrit par maelysmiss 
Activité récente
Actualités
Emma & Dylan, un couple romantique

Emma & Dylan, un couple romantique
La Saint Valentin est une journée consacrée à l'amour entre deux êtres et nous ne pouvions pas...

Norman a un nouvel ennemi !

Norman a un nouvel ennemi !
Deux bad guys s'affrontent pour être interviewées dans le magazine Scarlet ! Le duel est dangereux...

Recrutement

Recrutement
Depuis 4 ans en tant qu'AP du quartier, j'ai décidé de quitter mon poste pour vaguer vers d'autres...

Vera Farmiga dans When They See Us

Vera Farmiga dans When They See Us
Vera Farmiga est à l'affiche de la future série de Netflix When They See Us. Les quatre épisodes de...

Olivia Cooke dans une romance SF

Olivia Cooke dans une romance SF
Olivia Cooke (Emma) a un nouveau projet. Elle va partager l'affiche avec Jack O'Connell (Skins) dans...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

serieserie, Hier à 15:24

Vous n'avez pas encore la nouvelle card Chicago Justice? Tentez de la gagner sur les quartiers Chicago!

mnoandco, Hier à 16:14

Hello, il manque encore quelques votes pour valider (ou non) le nouveau design de Blacklist côté préférences/thème. Merci!

sanct08, Aujourd'hui à 10:12

Vous aimez les challenges? Il vous reste 4 jours pour participer à l'animation sur The X-Files !

sanct08, Aujourd'hui à 10:13

Et le quartier propose aussi un nouveau sondage, une nouvelle photo du mois, un survivor et un pendu ! Amusez-vous !

Locksley, Aujourd'hui à 13:20

Summerland et Blue Bloods ont rejoint le club des quartiers qui viennent de changer de design Bonne journée !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site